Témoignages

 

Mathieu, membre principal

 

Mon cercle de soutien m’a été tellement bénéfique. Dès le début, nous avons créé un lien de confiance et une plateforme de discussion vraiment authentique et ouverte, dans laquelle le jugement n’a pas sa place. Au contraire le support, l’entraide et le réconfort étaient présents. Pour moi, c’était un fil conducteur qui m’a permis de renforcer ma réhabilitation sociale et contribuer à mieux gérer mes émotions. De plus, nous avons eu l’occasion de créer de superbes liens mutuellement enrichissants où chacun approfondi sa connaissance des autres avec considération, compassion et empathie. Je souhaite que chaque personne avec une histoire similaire à la mienne puisse obtenir l’opportunité de participer à cette démarche !

Claudette Biron Être bénévole pour les Cercles de soutien et de responsabilité du Québec

Depuis plusieurs années j'avais en tête de faire du bénévolat en milieu carcérale ou bien auprès d'ex-détenus. Après avoir entendu une entrevue télé sur les Cercles de soutien et de responsabilité avec André Maillard, j'ai décidé d'offrir mes services en tant que bénévole. Auparavant, je me suis demandé pourquoi cette cause m'interpelait. La réponse m'est apparue clairement. Bien que je conçoive que la société doive sévir suite à certains délits, l'idée de priver une personne de sa liberté m'a toujours attristée. M'impliquer auprès d'ex-détenus m'apporte beaucoup de satisfaction sur le plan humain. Supporter, un tant soit peu, une personne désireuse de reprendre graduellement sa place en société, est pour moi une démarche des plus gratifiantes. Certains condamnent d'autres agissent... si on peut faire une petite différence pourquoi pas m'investir? Je me surprends parfois à penser que nos membres principaux font partie de la crème des ex-détenus et j'aime `croire qu'ils ont choisi de bonne foie la voie de la réhabilitation; pour cela ils méritent estime et mon respect.

J-M, membre principal

Tout au long de mon incarcération, je me suis dit que je n'avais plus ma place dans la société. À lire et à entendre les gens, la majorité de ceux-ci souhaitaient me voir mort. Alors, pourquoi ne pas les contenter; j'ai donc songé à des solutions extrêmes autant passives qu'actives. Mes seuls liens avec l'extérieur étaient mon fils et un ami qui considéraient que «qui j'étais était plus important que ce que j'avais fait» tout en désapprouvant à juste titre, mes délits. À mon arrivé en Maison de transition, mon agente de libération conditionnelle m'a parlé des Cercles de Soutient et de Responsabilité du Québec. Je me suis dit que, rendu à ce point là de ma vie, je n'avais rien à perdre à, au moins, m'informer. Ma rencontre avec le Coordonnateur, Monsieur André Maillard, m'a convaincu d'essayer. Ses réponses claires et sans complaisance m'ont rassurés. dès mes premières rencontres avec les bénévoles de mon Cercle j'ai constaté que ces gens étaient dévouées, sincères et attentionnés. Pensez donc: des gens du public étaient prêts à m'écouter et à me soutenir malgré mes crimes! À certaines périodes plus difficiles de la vie en Maison de transition, ils m'ont permis d'exprimer mes frustrations causées par certains intervenants des Services Correctionnels et cela a été extrêmement salutaire pour moi. Ma réhabilitation était déjà en bonne voie, mais l'apport de ces bénévoles a été un immense plus et je ne les en remercierai jamais assez. Leur implication et leur soutien facilitent la réhabilitation et la non récidive de personnes comme moi. Merci !

Stéphanie, ex-coordonnatrice adjointe et membre de plusieurs cercles

Mon engagement dans les Cercles de Soutien et de Responsabilité a débuté il y a maintenant presque deux ans. Étant étudiante en psychologie à ce moment, je voulais simplement avoir une expérience de plus à inscrire dans mon Curriculum Vitae. J’ai alors commencé mon premier cercle. J’avais très peu confiance en cet homme au tout début.

Lire les témoignages...